Page 2 sur 2

Publié : dim. 30 octobre 2016 / 00:29 am
par DocteurQui
Charly a écrit :Une réponse bien complète. Je voulais quand même revenir sur les températures basse... Est ce que quelqu'un a une explication sur l'effet du froid car j'ai eu le même soucis avec un polaroid 636 autofocus. J'ai pris des photos avec des films polaroid type 600 d'impossible et les photos étaient très pâles alors que le sujet de la photo avait des couleurs vif.


C'est de la physique la plus basique possible (sauf si on se lance dans la thermodynamique)... L'effet du froid est simple : il refroidi... :lol:
Ça à l'air gland raconté comme ça, mais c'est la raison principale du changement de couleur... En dessous de zéro, l'eau gèle ; au dessus de cent, elle bout. Une photo prise avec un Polaroid et du film Impossible c'est pareil, pour qu'elle soit correcte, il faut la prendre entre 15 et 25 degrés celsius...

Développons avec un peu de chimie (ha ha) : Comme tu l'as peut être remarqué, une photo sort d'un appareil Polaroid en passant entre des rouleaux, le bas de la photo en premier. Ces rouleaux étalent une solution chimique (contenue dans des gousses, au bas de la photo, derriere la partie la plus large du cadre) entre ce qu'on peut appeler le 'négatif', et une plaque de plastique transparent. En séchant, cette solution chimique combinée au négatif donne une émulsion (mélange de produits qui ne sont pas censé se mélanger), le 'positif', l'image qui est apparue (en gros hein, je ne suis pas chimiste chez Impssible). :roll:

Maintenant, si tu te rappelles un minimum de tes cours de chimie, tu sais qu'une réaction chimique est soumise à des contraites, telles que la température ou la qualité des produits.
Si la temperature est trop basse, la réaction chimique n'est pas la même qu'à température idéale.
Si la temperature est trop haute, la reaction chimique n'est pas la même qu'à température idéale.
Si les produits sont périmés ou dégradés, la reaction chimique change ou peut ne pas se produire du tout.
Si on utilise du materiel qui n'est pas optimal, la réaction chimique ne l'est pas non plus. Etc...

Concretement et en ce qui nous concerne, en dessous de 15 degrés, la photo aura des chances de sortir avec des couleurs plus bleutées.
Au dessus de 25 degrés, la photo aura des chances de sortir avec des couleurs plus orangées.
Avec un film périmé, là c'est variable : couleurs fades, couleurs changées, couleurs dégradées, peu de contraste, etc, jusqu'à donner une bouillie marronasse informe qui ne fera apparaitre aucune image du tout.
Et accessoirement, un 636 n'est pas un appareil Polaroid 600 'haut de gamme', contrairement au SLR 680 ou au SLR 690, et si on prend, avec du film tout neuf, exactement la même photo (à quelques secondes d'intervalle) avec un 636 et un SLR 680, je suis pret à parier que celle prise avec le SLR 680 sera mieux que celle prise avec le 636... :wink:

Ajoutons à ça le réglage de la molette évoqué plus haut, il peut y avoir un tas de raisons pour que tu te sois retrouvé avec des photos pâles...

Publié : dim. 30 octobre 2016 / 04:15 am
par consommable
La vache, on est en train d'expliquer les raisons qui font que ce n'est en rien aléatoire.

Mais que font les "artistes"?...

Publié : lun. 09 octobre 2017 / 09:30 am
par Jeje
Intéressante cette discussion, j'ai eu des gros ratages hier avec la 600 par 5°C, je comprend mieux :D

Publié : lun. 09 octobre 2017 / 13:25 pm
par Rincevent
consommable a écrit :La vache, on est en train d'expliquer les raisons qui font que ce n'est en rien aléatoire.

Mais que font les "artistes"?...


Si on prend tous les paramètres (chimiques, electr(on)iques, mécaniques, ... âge du capitaine et du pola ... et un raton laveur) un à un, on peut théoriquement tout expliquer. La hideuse réalité, elle, regroupe ces paramètres en une bouillie improbable d’où jaillit un simili-aléatoire ...